Infothèque

Online bestellen


Documents EN 1090

Base solide pour votre Manuel de qualité EN 1090

Métallerie

Média professionnel pour l'industrie du métal

Publicaties


  • Nouveau EN ISO 15612 : décrire et approuver les modes de soudage pour le metal

    Dès 2014 a débuté la révision de la norme EN ISO 15612. Les concepts provisoires rédigés depuis lors ont subi de nombreuses modifications. Ceci notamment par les modifications que l’on retrouve dans la nouvelle norme ISO 15614-1:2017. Fin mai 2018 a été approuvée la version finale de la norme ISO 15612 et celle-ci a été publiée en août 2018.

  • Nouvelle norme en 1090-2 : qu'est-ce qui a changé ?

    L’édition précédente de la norme EN 1090-2 a été publiée en 2008. En 2012, la commission technique a décidé sur la base d’une enquête auprès des Etats membres de revoir cette norme. Un groupe de travail a été créé pour s’en charger mais le projet final de la norme n’a été approuvé qu’en janvier de cette année. Ce long délai confirme que la tâche n’a pas été aisée. Cet article a pour but de récapituler (sans être complet) les principaux changements concernant le soudage.

  • Nouvelle version EN 287-1

    La rédaction de la norme remplaçant l’EN 287-1 n’a pas été sans problèmes. L’objectif était (et est toujours) de remplacer l’actuelle norme européenne 'EN 287-1: 2004: Épreuve de qualification des soudeurs - Soudage par fusion - Partie 1: aciers' par une norme internationale EN ISO 9606-1 de façon à ce qu’une seule et même norme soit utilisée.

  • Normalisation en soudage

    De nombreux produits soudés sont fabriqués dans le monde entier et les exigences sont toujours plus sévères. Les normes sont donc de plus en plus importantes afin de garantir qu’un produit satisfait aux exigences techniques et de qualité posées. Sur le plan mondial, il existe trois grandes organisations responsables du développement des normes en soudage. Dans cet article, on traitera des liens existant entre ces trois organisations, des nouveautés auxquelles on peut
    s’attendre dans un proche avenir et du rôle de l’’Antenne de Normalisation’.

  • Est-il necessaire de faire appel à un organisme agréé pour faire qualifier les soudeurs ?

    L’évolution des pratiques sur le marché des fabrications qui demandent des opérations de soudage, requiert de plus en plus que les soudeurs soient 'agréés'. Ces exigences sont imposées par les normes et codes d’exécution qui sont de plus en plus des obligations légales (PED, EN 1090, …) ou contractuelles (EN 15085, EN ISO 3834, ASME, …). La plupart des ateliers ne sont pas encore certifiés dans des systèmes de qualité, surtout en EN 1090, ce que les clients exigent d’abord, c’est au moins que les soudeurs soient 'certifiés'. Cette obligation est évidemment perçue avant tout comme une contrainte administrative, voire inutile, puisque 'mes soudeurs sont de bons soudeurs, ils soudent depuis vingt ans !' Les termes 'agrégation, qualification, certification' des soudeurs signifient une évaluation continue et objective des aptitudes des soudeurs à souder les assemblages qu’ils doivent réaliser au moment de la fabrication d’un élément.

  • Coordinateur en soudage sous la loupe

    Le coordinateur en soudage a longtemps été un concept et une fonction très importants dans les entreprises de production. Pour de nombreuses applications telles que le ferroviaire (EN 15085), la construction (EN 1090), et l’aérospatial (ISO 24394), les normes font référence au coordinateur en soudage. En outre, la norme EN ISO 3834 (“ISO 9001 pour le soudage”) renvoie à  l’importance et aux exigences liées à la fonction de coordinateur de soudage. Ce dernier doit dans tous les cas être suffisamment compétent et posséder une connaissance approfondie en soudage. Cette connaissance peut être acquise à travers le suivi d’une formation reconnue au niveau international et réglementée.

  • Nouvel appareil pour l’enregistrement des paramètres de soudage

    De nos jours, nous constatons que dans de nombreux secteurs, la barre pour le contrôle de la qualité de la soudure est de plus en plus haute. Ceci est bien évidemment dû au fait qu’on veuille livrer des produits de qualité. Si l’on désire souder un produit final, alors le soudage constitue un facteur qui doit être contrôlé. L’ISO 9001 considère le soudage comme étant un ‘procédé spécial’ parce que la qualité d’une soudure ne peut pas être démontrée uniquement par des essais destructifs. Dans plusieurs cas, l’introduction d’un système qualité en soudage conforme à l’ISO 3834 s’impose. La norme ISO 3834 stipule que l’enregistrement et la définition des paramètres de soudage est nécessaire pour contrôler la qualité de la soudure.

  • Faire passer les qualifications de soudeur devient un jeu d'enfant

    La norme EN ISO 9606-1 pour la qualification des soudeurs pour l'acier a entretemps été adoptée il y a déjà un certain temps. Tous les Etats membres d'Europe étaient obligés d'introduire cette norme avant la fin avril 2014. Chacun était toutefois libre de conserver parallèlement à l'EN ISO 9606-1 l'ancienne norme pour la qualification des soudeurs pour l'acier, l'EN 287-1, jusqu'en octobre 2015 au plus tard. En Belgique, la norme EN ISO 9606-1 a été introduite dès décembre 2013, et la norme EN 287-1 a en même temps été abrogée afin d'indiquer clairement que les soudeurs étaient idéalement qualifiés conformément à la nouvelle norme.

  • Le monde des activites de soudage est en pleine evolution !

    Alors que la coordination de soudage était, il y a encore un ou deux ans, réservée aux grandes entreprises où lorsque la fabrication d’éléments a un risque critique élevé tel que le domaine pétrochimique, de l’aviation ou des cuves sous pression, les PME sont maintenant confrontées à la nécessité d’introduire des systèmes de contrôle de production (CPU) pour la fabrication d’éléments qui semble plus banale : le bâtiment (EN1090), les éléments de matériel ferroviaire (EN 15085), …

  • EN 1090-2 un must pour les contructeurs en acier

    Depuis le 1er juillet 2014, les constructions en acier portantes doivent satisfaire aux exigences de la série EN 1090. La question est non seulement de savoir si un marquage CE doit être apposé pour satisfaire ainsi aux exigences de l'EN 1090-1, mais également de savoir si ce qui est fabriqué dans l'atelier, doit être conforme aux exigences de l'EN 1090-2. Ici, les facteurs déterminants sont, d'une part, les exigences éventuelles du cahier des charges et, d'autre part, la référence possible depuis le code de calcul: l'eurocode 3. Si la réponse à la deuxième question est un 'oui' catégorique, la présence d'un coordinateur de soudage responsable chez les fabricants en acier procédant au soudage sera cruciale pour la réussite du processus de production. 

Une question, remarque ou suggestion ?