Rapport annuel 2017

2017 fut l’année où l’Institut Belge de la Soudure a célébré son 75ème anniversaire. En tant qu’institut indépendant fondé il y a 75 ans par plusieurs entreprises et organisations encore très proches de ses membres et de ses partenaires actuels, l’IBS est également resté très constant dans sa mission et ses activités : fournir à l’industrie belge des conseils indépendants dans le domaine des métaux et de la corrosion.

  • Ce 75ème anniversaire fut célébré lors du Symposium de soudage (Lassymposium) IBS-NIL qui s’est déroulé à Anvers. Le CEO de l’Institut International de Soudage a profité de cette occasion pour féliciter l’IBS. Les fondateurs de l’IBS furent à la source de l’IIS, et ont apporté une contribution très importante au développement initial de cet institut qui compte aujourd’hui plus de 55 membres dans le monde. Si les thèmes traités par l’institut restent assez constants, nous remarquons que les défis auxquels nos membres sont confrontés pour lier les nouveaux matériaux, les combinaisons de matériaux et la diversité des différentes conditions de service n’ont pas diminué. En outre, il existe également de nouveaux domaines d’application pour le soudage et l’assemblage, tels que le procédé « Wire and Arc Additive Manufacturing », dans lequel l’IBS a commencé à acquérir des connaissances et expérience pour conseiller et assister ses membres.
  • En 2017, de nombreuses nouvelles demandes de projet ont été soumises (et approuvées), notamment des projets de recherche autour du procédé WAAM mentionné précédemment, mais aussi, par exemple, les possibilités de vérification en ligne CND (contrôle non destructif) pour certains procédés de soudage. Tous les projets de recherche de l’IBS sont effectués au service de ses membres et, dans la mesure du possible,
    les groupes d’utilisateurs restent ouverts même après le début du projet pour une plus grande connexion des entreprises. Le cofinancement des différents pouvoirs publics reste très important pour acquérir de nouvelles compétences et pour aider les entreprises à la mise en oeuvre directe des techniques.
  • Après de nombreux travaux préparatoires au cours des années précédentes, l’IBS a obtenu sa certification ISO17025 en 2017 (lors du premier audit !) pour CTOD, CLP et les tests au brouillard salin. Ces deux premiers tests furent d’ailleurs les premiers du genre en Belgique. Il s’agit sans aucun doute d’une reconnaissance pour son personnel et d’une confirmation que la haute qualité qu’ils essaient d’imposer dans ces tests répond également aux exigences d’un laboratoire accrédité.
  • L’attention portée à la formation technique, à travers des contacts / ateliers avec les enseignants, s’est poursuivie. En 2017, des investissements ont été réalisés dans un dispositif de soudage virtuel prêté régulièrement aux écoles, principalement lors de journées portes ouvertes, pour que les métiers de la soudure fassent plus d’émules. Le chiffre d’affaires industriel de l’IBS est resté stable en 2017, avec une légère baisse des revenus de formation et une diminution du chiffre d’affaires de la recherche subventionnée. Cela a entraîné une légère perte pour 2017, mais pour 2018 et au-delà, les perspectives financières sont meilleures.

En tant qu’organisation vieille de 75 ans, et sur la base des connaissances et de l’expertise de l’institut, l’IBS peut envisager l’avenir avec confiance, un avenir tissé de nombreux défis pour la technologie de soudage ! Je tiens donc à remercier expressément les clients, le personnel et le Conseil d’administration de l’IBS pour leur confiance et leur engagement.

- Peter Verhaeghe, Président IBS -

 
Partager: 
Share